Agriculture et pesticides

Dans le dernier Science, un bref article explique que le Parlement Européen a voté l’interdiction progressive d’environ 25% des pesticides utilisés au sein de l’UE au nom du principe de précaution. Il a certainement fait appel à des scientfiques sur ce sujet délicat. Le réflexe écologique au fond de nous se dit « cool ! », mais ce n’est pas si simple…

Certains chercheurs suggèrent qu’en réduisant le nombre de pesticides, on accroît les risques de résistances: en effet, un insecte ravageur de culture qui se trouve toujours au contact du même pesticide développera tôt ou tard une résistance à ce composé chimique. Ce phénomène a tendance à se produire plus rapidement lorsque le pesticide est utilisé à forte dose et sur de grandes surfaces, ce pendant plusieurs années de suite. En effet, ça augmente la pression de sélection sur les populations d’insectes ce qui en retour va favoriser les individus dotés de mutations avantageuses, et si en plus le pesticide accroit le taux de mutation… Le Parlement semble avoir pris en compte cela en étalant la mise en oeuvre de l’interdiction sur cinq ans.

De plus, un chercheur américain fait remarquer à juste titre que ce type de législation, dans notre monde globalisé, aura certainement de l’impact sur les Etats-Unis. C’est en quelque sorte l’expression du soft power européen.

Ce qui est également intéressant ici, ce sont les avis divergents au sein de la communauté scientifique. Et il est difficile de savoir les raisons là-dessous. Certains chercheurs peuvent être de bonne fois en montrant les risques qu’il y a à interdire un quart des pesticides; d’autres sont peut-être aussi financés par des entreprises produisant des pesticides; d’autres encore peuvent travailler sur quelque chose de complètement différent (faire des maths par exemple) mais avoir une activité militante dans le cadre d’une association écologique ce qui pourrait les amener à négliger quelque peu la rigueur scientifique (bien que je sois contre les « pré carrés » !). Enfin, il peut y avoir de tout et c’est là que l’on réalise le dur travail du politique à qui il revient de trancher… alors, pour ou contre le lobbying ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :