Manuscrits

Alors que les manuscrits de Madame Bovary viennent d’être mis en ligne (ici) grâce au dévouement de bénévoles amoureux de Flaubert, nouvelle justement saluée sur la blogosphère, j’en profite pour rappeler qu’une initiative équivalente existe concernant les écrits de Charles Darwin, à feuilleter ici.

test1

La vue de ces vieux parchemins me fait également penser à la métaphore régulièrement utilisée pour introduire la notion de « génome », l’ADN d’un organisme. On dit alors que le génome est une sorte de palimpseste moléculaire portant, au travers des générations, les marques de son évolution. Ne disposant que d’un alphabet restreint (les 4 bases A, T, G, C), cette séquence biologique parvient tout de même à coder l’information génétique nécessaire à la construction de l’organisme qui la possède, puis lui assure survie et reproduction, et par là-même se transmet à travers le temps. Et c’est en scrutant les stigmates mutationnels que sont les substitutions, insertions-délétions, transpositions, inversions, recombinaisons, duplications et autres translocations accumulées progressivement les unes sur les autres en un bric-à-brac sans nom, que certains humains, petit à petit, démêlent l’écheveau des trajectoires évolutives qu’ils ont sous les yeux.

All history was a palimpsest, scraped clean and re-inscribed exactly as often as necessary.

Georges Orwell


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :