Propos d’après guerre

A propos de la bataille d’Angleterre:

Bien des choses ont pu ou pourront nous séparer de nos amis anglais. Il arrive que nous nous comprenions mal. Nous les exaspérons souvent et ils nous déconcertent quelquefois. Mais quoi qu’il arrive, quelques-uns parmi nous n’oublieront jamais l’étonnant spectacle de ce peuple qui alliait le courage du cœur à celui du langage et qui, seul dans l’univers déchaîné, a défendu sa liberté sans élever une seule fois le ton.

[…] Mais le souci douloureux et fier que nous avons de notre pays ne pourra jamais nous rendre ingrat et nous faire oublier ce mois de septembre o`u la vérité humaine qu’on écrasait chez nous remportait sa première victoire dans la libre Angleterre.

Albert Camus, article dans « Combat », 23 septembre 1944

Dans un article sur le rationnement:

Baudelaire prétendait qu’on avait oublié deux droits dans la Déclaration des droits de l’homme: celui de se contredire et celui de s’en aller.

Albert Camus, article dans « Combat », 5 avril 1945

A propos de la mort de Roosevelt:

Il avait le visage du bonheur. […] Qu’est-ce qu’un grand individu, en effet, sinon un homme qui donne son visage, son langage et son action à une grande civilisation ? […] Mais c’est le propre des individus achevés que de parler pour toute leur culture, au moment même o`u ils semblent tenir leur langage le plus personnel. […] Il savait seulement qu’il n’est pas de douleur qui ne se surmonte par l’énergie et la conscience. A ce degré d’expérience, on connaît la valeur des hommes et l’on se met à les aimer. […] La paix du monde, ce bien sans mesure, il vaut mieux qu’elle soit préparée par des hommes au visage heureux que par des politiques aux yeux tristes. […] Et les hommes, au milieu de tant d’égarements, le sentent assez pour qu’un silence passager se fasse parmi eux, au moment o`u cet esprit vient à quitter un monde déraisonnable, qui n’a pas d’autre espoir, justement, que la qualité humaine.

Albert Camus, article dans « Combat », 14 avril 1945

Comment, devant des phrases si justes, au long desquelles le sens voulu par l’auteur se transmet au lecteur dans une clarté limpide, refermer le livre et se coucher ? Et encore, je ne vous recopie pas l’article du 9 mai 1945… Vous le trouverez ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :