A 14 ans dans l’enfer des camps

Aujourd’hui, une société qui n’est pas capable de conjuguer la passion et l’intelligence de sa jeunesse avec la créativité et le savoir-faire de ses responsables n’a aucun avenir.

Si je peux l’affirmer, c’est que, encore une fois, je suis conscient du fait que rien ne me distinguait particulièrement des autres jusqu’à l’âge où j’ai été projeté en enfer.

Samuel Pisar, Le sang de l’espoir


Samuel Pisar sera dimanche 1er août sur France Culture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :