Fenêtre sur nuage

Je regardais distraitement par la fenêtre lorsqu’au loin j’aperçus s’avancer, sous le ciel noir, une gris manteau de brouillard qui n’a pas tardé à recouvrir tout mon horizon. Du haut de mon perchoir, j’eus la surprise de voir les rues, les immeubles, les minuscules voitures et rares passants disparaître les uns après les autres, tandis, qu’en éclaireur, à la frange du manteau, des gouttelettes de pluie battaient l’air, rapidement suivies par le nuage lui-même, plein de flocons à moitié formés. Mon appartement ne fût plus alors qu’un radeau de béton, balloté, giflé de vent, dont les légères ouvertures vitrées ployaient sous l’attaque en piqué des petits soldats blancs, virevoltant gaiement. Mais sitôt ceci écrit, je revis la ville, telle qu’elle m’apparaît chaque jour, le damier parfait des rues s’étalant sous mes yeux, seul le brillant de la chaussée laissait imaginer la violence de cette si brève attaque. Et moi qui venait de faire regonfler mes pneux de vélo pour profiter des rues vides de la nouvelle année… la sortie sera pour un autre jour ! Mais replongeons-nous plutôt dans notre livre, et faisons nôtre le conseil de M. Legrandin:

Tâchez de garder toujours un morceau de ciel au-dessus de votre vie.

Marcel Proust, Du côté de chez Swann

Un commentaire pour Fenêtre sur nuage

  1. Claire dit :

    Belle idée, la fenêtre et le ciel, pour commencer l’année. Et merci pour la citation🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :