Le pari de Pascal à la sauce anglo-saxonne

15 mars 2011

Very likely he got more out of his faith than I out of my doubt. And so, pragmatism is true, he was right and I wrong.

Granville Stanley Hall

 

(the first to be awarded a PhD in psychology in the US, by Harvard’s philosophy department in 1878)

 

Publicités

Un grand, entre fulgurance et modestie

28 avril 2010

Jacques Le Goff: « J’aimerai demander à Lévi-Strauss une question qui serait indiscrète: quelle est la couleur qu’il préfère. »

Claude Lévi-Strauss: « Si j’étais fidèle à mes principes, je dirai qu’il n’y a pas de couleur en soi. Une couleur n’existe jamais que par rapport à une autre couleur, à quoi elle s’oppose ou qui l’entoure. Mais enfin, jouons franc jeu si je dois répondre à la question. Et bien je dirai le vert, et Le Goff sait mieux que moi pourquoi, parce que c’était le couleur du chevalier errant. »

Extrait de l’émission « Réflexions faites » au cours de laquelle Jean-Pierre Vernant, Pierre Bourdieu, Jacques Le Goff, André Comte-Sponville et Michel Tournier parlent de l’influence qu’a eu Claude Lévi-Strauss sur eux et leur travaux

Bloquez-vous une heure et remerciez YouTube de vous permettre de regarder cette émission qui date de 1988:

Je sais ce que je vais vouloir acheter ce week-end… « Tristes Tropiques » m’avait marqué il y a deux ans. Je l’avais emporté pendant un congrès à Barcelone, congrès qui restera le plus intéressant de ma thèse… Est-ce lié ? Toujours est-il que lire « Tristes Tropiques » dans le parc de Montjuïc restera un moment particulier.


Science et biologie

7 décembre 2008

L’exercice d’aujourd’hui consiste à écrire mon premier billet. Périlleux… Les mots qui me viennent à l’esprit en ce moment tournent tous autour de « science », « biologie », « évolution », « génétique »… Bien, mais par quoi commencer ? Y a-t-il un début « logique » ? D’ailleurs, doit-il y en avoir un ? De toute façon, il est très peu probable que ce blog soit lu dans l’ordre chronologique, tant est qu’il soit lu un jour, alors… mais ne nous décourageons pas !

Lucas Cranach, Adam et Eve devant l'arbre de la connaissanceCommençons par « science »: c’est un terme traditionnellement utilisé pour qualifier l’ensemble des connaissances concernant les phénomènes naturels. Bien sûr, certains m’objecteront que tout le monde n’a pas la même définition de ce qu’est un phénomène naturel, mais je ne m’attarde pas, peut-être y reviendrais-je au hasard de mes tribulations. Et la connaissance me direz-vous ? autre problème, et pas des moindres… d’ailleurs, cet arbre de la connaissance dont on parle tant, où est-il ? (lui: « attends, on parle bien de la même connaissance là ? », elle: « ah bon, parce qu’il en existe plusieurs ?? »)

Maintenant « biologie ». Étymologiquement, la biologie est la science qui traite du vivant. C’est vague, je sais, il est bien délicat de définir le « vivant », de distinguer ce qui l’est de ce qui ne l’est pas, essayez pour voir (!), par exemple, le devient-on ? Est-ce une propriété que l’on peut gagner ou perdre au cours du temps ? Comme exemples d’organismes vivants (arrg, « organisme », mais qu’est-ce donc ?), on pourrait citer la bactérie Escherichia coli, la plante Arabidopsis thaliana, et nous, Homo sapiens, mais quid des virus ? Ces assemblages moléculaires assez sophistiqués peuvent-ils être qualifiés de vivant ?Virus de la grippe

En fin de compte, le terrain n’est pas très déblayé, l’horizon s’est même soudainement obscurci: on a tous une petite idée de ce que sont la science et la biologie mais, avouons-le, plutôt imprécise… Pour en savoir plus, les curieux iront vagabonder du côté de la philosophie des sciences et de l’épistémologie.

Me concernant, cette tentative me laisse à penser qu’il serait préférable d’éviter cet exercice de funambule consistant à discuter philosophie « de but en blanc ». Si tout ce fatras dont on vient d’effleurer la surface traite du monde qui nous entoure et de la façon dont il fonctionne, alors commençons plutôt par l’observer ce monde, patiemment, curieusement, puis tentons de le décrire, de le manipuler, de le modéliser, pour enfin, dans la mesure du possible et de nos faibles moyens, en tirer la substantifique moelle.


%d blogueurs aiment cette page :